vendredi 13 novembre 2009

Gabon : Azur survivra-t-il aux nuages de l'ARTEL ?

Le président du conseil de l’Agence des régulations des télécommunications (ARTEL), Marius Founguès, a récemment indiqué que la licence de l'opérateur de téléphonie mobile Azur avait été revisitée. Depuis le 15 octobre dernier, les services de la nouvelle compagnie de téléphonie mobile Azur sont suspendus «jusqu’à la mise en conformité avec la réglementation applicable à tous les opérateurs de téléphonie mobile au Gabon».

Plus de 3 semaines après la suspension de l’opérateur de téléphonie mobile Azur, l’Agence des régulations des télécommunications (ARTEL), par l’entremise de son ex président, Marius Founguès, avait annoncé qu’«une nouvelle licence avec de nouvelles conditions a été élaborée et transmise à l’opérateur».

Dans l’interview accordée au quotidien l’Union, Marius Founguès explique que «la décision concernant l’attribution définitive des licences est du ressort du gouvernement, et notamment de la tutelle technique, l’ARTEL n’étant tout simplement chargée que de l’instruction et l’examen de celle-ci».

Cette affaire est d’autant plus confuse qu’Azur n’aurait reçu aucune mise en demeure de la part du ministère de tutelle. Selon l’article 31 de la Loi N°5/2001 portant sur la réglementation du secteur des télécommunications au Gabon, le ministère de la communication s’est rendu coupable d’une violation des statuts.

Si cette intervention de Marius Founguès vient recadrer cette «affaire», elle ne fait cependant pas la lumière sur les motifs qui ont conduit à la suspension de ce réseau fraîchement installé sur le marché gabonais de la téléphonie mobile.

«Azur est entré dans un marché mature et sa licence a été instruite techniquement sur cette base. La tutelle technique a toujours la possibilité de demander à l'ARTEL de procéder à un réexamen d'une licence, quelle qu'elle soit. A cet effet, une nouvelle licence avec de nouvelles conditions a fait l'objet d'une instruction technique et mise à la disposition de l'opérateur Azur», a simplement expliqué Marius Foungues.

Par ailleurs, Azur ne s’est pas encore prononcé sur cette nouvelle licence. Et attendant, ce sont près de 70 personnes qui sont en chômage technique, plusieurs abonnés qui attendent de jouir à nouveau de leur réseau et surtout, des dizaines de milliards de francs CFA qui sont en attente de rentabilité.

Azur Gabon avait annoncé le 8 octobre dernier à Libreville le lancement des activités de son réseau GSM, devenant ainsi le 4e opérateur de téléphonie mobile du pays sous la marque Azur. L'opérateur a misé sur la compétitivité pour s’imposer sur le marché étroit du GSM au Gabon, avec des coûts de communication défiants toute concurrence.

Avec une couverture totale du territoire gabonais qui devait être effective en 2010, Azur espérait à court terme 30 000 abonnés pour atteindre et dépasser les 100 000 abonnés à plus long terme, soit entre 5 et 10% de parts de marché gabonais, estimé à 1,3 million d'abonnés et actuellement dominé par Zain (58%) devant Libertis (34%) et Moov (8%).

Azur Gabon est une marque du Groupe international Bintel, fournisseur de téléphonie mobile basé à Barein, dans les Émirats arabes unis. Le groupe est aussi présent au Moyen-orient et en Centrafrique. Avec un capital de 50 000 000 de dollars américains, le réseau de la nouvelle compagnie a une capacité de 100 000 abonnés.

source : Gaboneco

Aucun commentaire:

Publier un commentaire