dimanche 4 octobre 2009

La coopération nippone défriche le terrain pour les NTIC

L’ambassadeur du Japon au Gabon, Motoï Kato, a été reçu le 30 septembre dernier par le ministre gabonais de la Communication, Laure Goundjout, accompagné d’un homme d’affaires japonais pour identifier les pistes de coopération possibles dans le secteur des nouvelles technologies. Dans le cadre de la TICAD IV, cette initiative doit permettre d'ouvrir la coopération nippone aux nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC), avec les premières concrétisations prévues dès l'année prochaine.

Dans le cadre du renforcement de la coopération bilatérale entre le Japon et le Gabon, et du suivi des résolutions de la 4e Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD IV), le Japon a commencé a exploré les pistes de coopération dans le secteur des nouvelles technologies au Gabon.

Le 30 septembre dernier, l’ambassadeur du Japon au Gabon, Motoï Kato, a été convié à une séance de travail avec le ministre de la Communication et des Nouvelles technologies de l'information, Laure Gondjout, pour explorer ces nouvelles pistes de partenariat.

Le diplomate nippon était accompagné d’un homme d’affaires japonais, Shoji Takamatsu, président directeur général de la Japan Techno CO. LTD, spécialisée dans les nouvelles technologies.

«On a parlé de coopération concernant l’information.(…) Peut-être que dès l’année prochaine, nous allons concrétiser notre coopération dans le domaine des nouvelles technologies de l’information, qui est actuellement dans sa phase pilote», a rapporté le diplomate Motoï Kato au terme de l'échange.

Monsieur Takamatsu devra, lui, superviser et coordonner la coopération entre les deux pays dans ce secteur et «c’est en amitié loyale avec madame le ministre, que ce dernier va assister cette coopération à venir», a assuré le diplomate nippon.

«Mais, je ne peux en parler en détail en ce moment. Nous allons la concrétiser bientôt», a expliqué Motoï Kato, rappelant que «nous avions organisé l’année dernière la 4e conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD IV) et avant cela on avait organisé ici sa préparation ministérielle au mois de Mars» a-t-il ajouté.

Lancé à Tokyo en 1993, le processus de la TICAD a ouvert un dialogue politique de haut niveau entre les dirigeants africains et les partenaires de développement pour promouvoir la croissance et le développement socio économiques du continent.

Les éditions suivantes en 1998, en 2003 et en 2008, ont fait de ce conclave un cadre mondial majeur pour faciliter les initiatives en faveur du développement durable du continent africain. Environ 434 participants, dont plus de 37 représentants au niveau ministériel de 48 pays africains ont assisté à la réunion ministérielle de suivi de la TICAD.

Source : Gaboneco

Aucun commentaire:

Publier un commentaire