vendredi 23 octobre 2009

Gabon : Ali Bongo cherche les voies de l'émergence avec Microsoft

Le chef de l'Etat, Ali Bongo, a reçu le 19 octobre à Libreville le directeur général de Microsoft Afrique, Cheik Modibo Diarra, pour une séance de travail sur les avantages comparatifs de l’économie numérique. Les perspectives d'un partenariat avec le géant américain de l'informatique s'inscrivent dans le cadre du renforcement des capacités des secteurs privés et publics pour la construction du «Gabon émergent» promis par le nouveau président.

A son troisième jour à la tête de l'Etat, Ali Bongo met les bouchées doubles pour transformer en actes ses promesses de campagne, notamment la construction du «Gabon émergent». A peine sorti de son premier Conseil des ministres le 19 octobre à Libreville, le nouveau président a reçu le directeur général de Microsoft Afrique, Cheik Modibo Diarra.

Cette séance de travail sur les perspectives d'un partenariat avec le géant américain de l’informatique a été dominée par les questions liées aux avantages de l’économie numérique dans la performance des secteurs privés et publics au Gabon.

«Microsoft Afrique s’intéresse à l’ambition que le président nourrit pour son pays, (…) [avec] les trois axes fondamentaux que sont l’aspect environnemental, donc la révolution verte, puis d’un autre coté l’industrialisation mais aussi les services des technologies de l’information et de la communication», a expliqué monsieur Modibo Diarra.

Également directeur de la fondation PatFinder, Cheik Modibo Diarra a évoqué les différentes formes d’aide que pouvait apporter son association au gouvernement gabonais dans le fonctionnement de ses administrations.

«Le président a parlé de l’efficacité, de la performance, (…) que ce soit la formation des ressources humaines ou la mise en place de logiciels permettant de renforcer l’efficacité donc le fonctionnement des institutions de la République. Ce sont des domaines dans lequel Microsoft est directement intervenu», a poursuivi monsieur Modibo Diarra.

Dans son projet de société, Ali Bongo avait placé l’accès Internet des populations et investisseurs locaux comme une priorité avant la fin de l'exercice 2016.

«Le développement accéléré de notre infrastructure de télécommunications concrétisera, en plus des autres infrastructures de base traditionnelles, le saut qualitatif que notre économie doit connaître d'ici à 2016, avec une baisse significative des coûts de communication et la généralisation de l'accès à Internet», stipule le projet de société du nouveau président.

«Ceci se fera notamment grâce à la mise en place d'une infrastructure haut débit en fibre optique sur l'ensemble du territoire national, l'équipement de toutes les écoles du Gabon en salles multimédias (avec connexion internet faisant de l'école le point d'accès communautaire dans les villages) et la mise en place d'une administration numérique, avec en particulier l'informatisation de l'état civil, de la carte d'identité, du passeport et des procédures administratives, permettant une amélioration majeure de la qualité du service administratif apporté aux citoyens», précise ce projet.

Source : Gaboneco

Photo : © D.R.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire