mercredi 28 octobre 2009

1.200.000 accès à l'ADSL en Algérie à la fin 2009

Le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, M. Hamid Bessalah, a affirmé dimanche à Alger que l'Algérie atteindra le chiffre de 1.200.000 accès à l'ADSL d'ici la fin de l'année 2009.

Dans une déclaration à la chaîne III de la Radio nationale, M. Bessalah a estimé que l'Algérie est encore "loin" de ses objectifs et ses ambitions concernant les TIC, soulignant que l'un des axes majeurs de ces objectifs est la mise en oeuvre de l'infrastructure haut débit.

"Nous avons actuellement environ 500.000 accès à l'ADSL. Nous devons arriver à 6 millions d'accès, et pour cela il est important de mettre à niveau l'infrastructure", a-t-il expliqué.

"Cette année, nous devons avoir au moins 700.000 nouveaux accès à l'ADSL et nous devons terminer l'année avec au moins 1.200.000 accès", a-t-il précisé.

Le ministre a rappelé, dans ce contexte, le plan d'action du gouvernement relatif au développement du e-gouvernement et les infrastructures haut débit, indiquant que le secteur démarre avec certaines données, à savoir "10 % de pénétration des TIC et 2,5 % de haut débit" et se fixe l'objectif "ambitieux" d'aller vers 20 ou 30 % d'accès au haut débit d'ici à 2013.

Pour ce faire, M. Bessalah a souligné que des "actions concrètes" ont été identifiées, en l'occurrence les outils nécessaires pour la bonne gouvernance, le développement et la croissance économique ainsi que le développement des ressources humaines.

Le ministre s'est dit, à cet égard, "convaincu" que la mise en oeuvre de toutes les actions permettrait d'atteindre les objectifs définis, insistant sur la "nécessité de mener ces actions en parallèle", c'est-à-dire l'infrastructure haut débit, mais aussi et surtout la formation des ressources humaines.

Pour le ministre, la priorité est d'abord le schéma directeur stratégique de ce plan qui, a-t-il dit, "est en cours de finalisation".

Il a estimé en outre que pour promouvoir les TIC, il est nécessaire de relancer Internet, expliquant que "très peu" d'opérateurs parmi les 73 fournisseurs du service Internet activent actuellement.

Pour faire face à cette situation, le ministre a indiqué que son secteur travaille avec Algérie Télécom (AT) et ses opérateurs et un code de travail a été élaboré pour la tarification M. Bessalah a fait savoir que dans les prochains jours un accord sera signé entre AT et les providers pour bénéficier, entre-autres objectifs, des "services à valeur ajoutée".

A propos de l'EEPAD (Entreprise d'enseignement professionnel à distance), il a relevé que depuis quelques mois le ministère a fait des efforts pour mettre autour d'une table les différentes parties et que des propositions ont été faites de part et d'autre. Il a aussi souligné que, pour l'instant, ce dossier, à caractère "commercial", reste ouvert", ajoutant que "l'EEPAD n'a pas disparu" et "chacun doit faire les efforts nécessaires pour trouver la solution à ce problème".

"Il faut que chacun assume ses responsabilités vis-à-vis de ses clients et de ses salariés", a-t-il dit.

Interrogé sur la "saturation" du réseau de téléphone fixe, M. Bessalah a affirmé qu'il "n'y a pas saturation", "plus de 50% des équipements de téléphone n'étant pas utilisés", précisant que "ce n'est pas une affaire de lignes, mais une affaire purement technologique et de management".

"Les équipements d'accès ne suffisent pas, il faut que les modems suivent", a expliqué le ministre qui a indiqué qu'AT a procédé à l'acquisition des modems, une partie ayant déjà été réceptionnée et une autre devant l'être dans les tout prochains jours.

Concernant le volet de la gestion, M. Bessalah a souligné la nécessité de renforcer les assises d'AT en matière d'appropriation des capacités managériales pour avoir des managers de très haut niveau et pour faire de cette entreprise une "véritable entreprise de niveau mondial".

Le ministre a indiqué, enfin, que l'ouverture du capital d'AT "n'est pas à l'ordre du jour" et que la priorité est, aujourd'hui, à "l'appropriation du savoir faire en terme de management".

Source : La Tribune

Aucun commentaire:

Publier un commentaire