samedi 26 septembre 2009

Le Haut débit en Afrique centrale pour bientôt


La communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) profitera à partir de 2010 des services internet et de téléphonie reliés par fibre optique. Financé par la Banque mondiale, le projet Central African Backbone permettra à ses différents pays de mettre plus facilement en place une administration électronique fiable et moins coûteuse.

Les pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) bénéficieront eux-aussi de la fibre optique à travers la réalisation en 2010 du projet Central African Backbone (CAB).

La Centrafrique, le Congo, le Gabon, la République démocratique du Congo et le Sao-Tome et Principe s’appuieront sur le câble optique qui compte 12 fibres optiques pour le Cameroun et 6 pour le Tchad du pipeline Tchad-Cameroun pour déployer des réseaux en fibre optique dans la zone d’Afrique centrale afin de réduire les coûts de prestation d’internet et de téléphonie, et d’accentuer la capacité des pays membres à mettre en place une administration électronique.

Ce projet, qui sera financé par un prêt de 11 milliards de francs CFA remboursables à la Banque mondiale, a été établi lors d’un sommet des chefs d’Etats membres de la CEMAC qui s’est déroulé à N’Djamena en 2007, avec un cout environnemental de 330 millions de francs CFA à intégrer dans les couts du projet.

En février dernier, la réunion regroupant les experts du Cameroun, du Tchad et de la Centrafrique ainsi que des représentants de la Banque Mondiale, de la Banque africaine de développement (BAD) et de l’Union internationale des Télécommunications (UIT) a permis de finaliser le document nécessaire à la réalisation du projet.

La réalisation du projet a déjà été lancée par plusieurs études qui ont débutées au Tchad sur la traversée des agglomérations, des cours d’eau, des zones agricoles et marécageuses. Elles se sont poursuivies en Centrafrique sur les campements pygmées, les agglomérations, les cours d’eau, les agglomérations et au Cameroun sur les agglomérations qui seront traversées.

Elle se poursuivra au Congo, au Gabon, en République démocratique du Congo, et en Sao-Tome – Principe, qui constituent la seconde phase du projet.

Source : Gaboneco

Aucun commentaire:

Publier un commentaire