lundi 28 septembre 2009

IBM et Canonical veulent offrir Ubuntu et applications Web en Afrique

Statégie - IBM annonce vouloir réduire le fossé numérique, et surtout lancer ses services de Cloud Computing en Afrique, en signant un partenariat avec Canonical, l'éditeur d'Ubuntu.

Dans le cadre de cet accord, Canonical fournira un ensemble de logiciels pour des netbooks sous système d'exploitation Linux. En associant OS libre et ordinateurs à bas coût, IBM espère accroître l'équipement informatique des entreprises africaines.

Un coût réduit de 50% par rapport à un PC Windows

La démarche de Big Blue n'est évidemment pas désintéressée puisque le géant américain associera à ces netbooks Ubuntu un accès à ses services de Cloud Computing. Les entreprises auront notamment la possibilité d'accéder à des ressources externes, et notamment de la puissance de calcul.

Le package logiciel embarqué par Canonical vise également à doter les entreprises des outils informatiques indispensables, toujours en mode SaaS : messagerie, bureautique et outils de réseaux sociaux. La volonté d'IBM est naturellement de concurrencer Microsoft et son OS Windows.

Big Blue estime ainsi à 50% l'économie permise par un recours à des netbooks sous Linux et à des applications Web par rapport à des logiciels installés directement sur des postes sous Windows. Après l'Afrique, IBM envisage d'adapter son offre à d'autres marchés émergents.

Microsoft réduit ses marges pour couvrir les pays émergents

Mais IBM sera vraisemblablement confronté à la résistance de Microsoft qui entend lui aussi couvrir les marchés émergents. Mandriva reste ainsi sur une mauvaise expérience au Nigéria où son OS devait équiper les 17 000 PC Classmate d'Intel commandés par le pays.

Tout en honorant son contrat avec Mandriva, le gouvernement avait annoncé sa décision de remplacer Mandriva par Windows XP. Microsoft s'est également rapproché de la fondation OLPC qui propose un ordinateur à bas coût (PC à 100 dollars) aux pays pauvres. Le but : offrir XP sur le XO, et non plus seulement Linux.

Toujours sur le low cost, Microsoft a consenti à réduire le prix de la licence OEM afin de pénétrer sur le marché très dynamique des netbooks, des ordinateurs presque exclusivement vendus avec Linux au départ.

Source : Zdnet

Aucun commentaire:

Publier un commentaire