vendredi 25 septembre 2009

Gabon : Innovation et nouvelles technologies

Les télécommunications ont connu des mutations importantes depuis le début des années 1990. Avec le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), les télécommunications fixes ont pris du recul.

Plusieurs opérateurs sont présents au Gabon dans les communications. Le groupe Gabon Télécom-Libertis, privatisé depuis novembre 2006, est actif sur la filière radio, télévision et fourniture d’accès à internet. La Poste (ex-Gabon-Poste), privatisée depuis novembre 2006, a lancé en octobre 2007 un nouveau produit dénommé Mandat express international (MEI). La Gabonaise de télécommunications (Gabtel) est spécialisée dans la vente de terminaux et la gestion des fréquences d’émissions. Gabcel opère comme grossiste dans la vente de cartes de recharge. DHL, EMS Delta+ et d’autres sociétés exercent dans l’acheminement du courrier express, Zain (Celtel), Libertis et Moov, dans la téléphonie mobile. Enfin, TV SAT intervient dans l’installation des équipements pour les réseaux de télévision par satellite.

Selon une évaluation locale menée en 2008 auprès des entreprises des télécommunications, Zain Gabon se taille la plus grosse part du marché (52 pour cent), suivi par Libertis (30 pour cent), Moov (16 pour cent) et Gabon Télécom (2 pour cent).

Le dynamisme des opérateurs de téléphonie mobile a entraîné une progression de 26.8 pour cent du nombre d’abonnés de 2007 à 2008, en raison de l’extension du réseau dans toutes les provinces du pays, du lancement de nouveaux produits et de l’amélioration de la qualité des réseaux. Parallèlement, le nombre d’abonnés au téléphone fixe a connu une hausse de 6.8 pour cent, passant de 40000 à 42500 abonnés entre 2007 et 2008, suite au lancement d’un nouveau produit permettant de couvrir les zones non desservies.

Le nombre d’abonnés à l’internet à moyen et haut débit a augmenté de 15.1 pour cent en 2007 pour atteindre 9388 abonnés. De même, le nombre d’abonnés à TV SAT a progressé de plus de 11 pour cent en 2008. Dans ce contexte, le chiffre d’affaires du secteur des télécommunications s’établit à 308.461 milliards de francs CFA en 2008, en hausse de 18.6 pour cent par rapport à 2007. Les profits sont passés à 85.7 milliards de francs CFA en 2008 contre 57.5 milliards de francs CFA en 2007, soit une hausse de 48.9 pour cent.

Au titre des investissements, les efforts consentis à hauteur de 152 milliards de francs CFA en 2008 ont porté essentiellement sur l’acquisition de nouveaux équipements de pointe, les travaux d’extension du réseau, le changement de la plateforme d’appel et le renouvellement des licences.

En matière d’emploi, on relève une augmentation des effectifs de 22 pour cent en 2008 pour plus de 2 590 agents permanents. Du coup, la masse salariale du secteur a augmenté de 9 pour cent.

Plusieurs conventions d’interconnexion signées par Gabon Télécom avec Moov et Zain-Gabon traduisent l’instauration d’un climat de concurrence avec des politiques de prix très attractives et le développement des services offerts par chaque opérateur dans le réseau.

Libertis présente une gamme de produits très variés. L’offre 06 classique permet de choisir le montant des dépenses sans abonnement en profitant des formules prépayées. Le service de numéros préférés permet d’appeler à des tarifs avantageux un nombre limité de numéros sans considération de plages horaires. Les tarifs des communications vers les numéros préférés sont de 90 francs CFA la minute de Libertis vers Libertis, 176 francs CFA la minute de Libertis vers un opérateur concurrent, et 345 francs CFA la minute à l’international.

Avec les tarifs ajustés depuis 2008, les abonnés à Libertis font des économies. Qu’il s’agisse du tarif des appels ou du SMS, Libertis pratique les prix les plus bas, jusqu’à 80 francs CFA la minute pour un appel sur le réseau national, tous les jours entre 20heures et 8heures du matin et 25 francs CFA par SMS. En dehors de sa gamme de cartes de recharge allant de 500 à 30000 francs CFA, Libertis offre des outils de fidélisation comme le bonus au chargement et une tarification différenciée suivant la tranche horaire.

Pour les professionnels, il existe trois gammes de services : les pro100, les pro1000 et les pro+. De Libertis vers Libertis, les tarifs sont de 55.45 et 0 francs CFA la minute. De Libertis vers un autre opérateur GSM ou un téléphone fixe, ils sont de 145, 110 et 130 francs CFA la minute. En international, ils sont de 450, 400 et 350 francs CFA la minute.

Evoluant sur un marché de téléphonie mobile libéralisé, face à deux autres opérateurs, Libertis compte 250 000 clients, soit une part de marché de l’ordre de 30 pour cent. Son taux de pénétration est évalué à 53 pour cent en 2008 pour la téléphonie mobile.

On observe une nette amélioration en 2008 de l’activité du secteur, tirée par la téléphonie mobile. L’intensification de la connexion, le lancement de nouveaux produits (roaming, CDMA et ADSL) et la connexion à l’internet via une clé USB sont autant d’éléments qui expliquent cette embellie.

Le gouvernement gabonais a fait adopter une loi imposant le prélèvement de 10 pour cent du chiffre d’affaires des opérateurs de téléphonie mobile, pour financer l’assurance maladie. La redevance obligatoire à l’assurance maladie (Roam) a été instituée à compter du 1er janvier 2008. Elle représente plus de 30 pour cent des bénéfices de ces sociétés. Zain Gabon, leader de la téléphonie mobile au Gabon, a révisé à la hausse sa grille tarifaire pour compenser les retombées de la Roam.

Si les tarifs généraux des communications n’ont pas directement augmenté, les appels intra-réseau (de Zain vers Zain) passent de 190 francs CFA à 200 francs CFA la minute pour un appel effectué de 8h à 21h59. La révision majeure est la suppression de la tranche horaire préférentielle de 18h à 22h, qui permettait aux abonnés d’appeler au tarif de 120 francs CFA la minute en intra-réseau. Il faudra désormais attendre 22h pour passer les appels à 100 francs CFA la minute jusqu’à 7h59. Cette mesure risque de faire perdre des parts de marché à cet opérateur.

Moov présente aujourd’hui une vaste gamme de produits allant de Moovinternet, Moovpro, Moovforfait, Moov recharge et Moovopen. Chaque produit est associé à une tarification spécifique. Ainsi MoovInternet permet d’accéder aux services multimédia à des tarifs avantageux, sans frais d’accès et de connexion avec possibilité de se connecter à partir des mobiles ou de l’ordinateur et possibilité de remplacer le « tarif appel » par le « tarif de communication ». Les forfaits Moovinternet sont divers : 5900 francs CFA pour deux heures, 17900 francs CFA pour dix heures, 27900 francs CFA pour 24 heures et 75000 francs CFA pour une durée illimitée. Des tarifs à la minute et hors forfaits sont aussi étudiés depuis janvier 2008, qui seraient de 45.30 et 20 francs CFA la minute. Depuis novembre 2008, Moov pratique une facturation par tranche de 30 secondes avec des SMS de 25 francs CFA de Moov vers Moov, 50 francs CFA de Moov vers les autres opérateurs et de 100 francs CFA à l’international. Cette société reste cependant, au plan commercial, la moins agressive des trois opérateurs. Sa couverture nationale est beaucoup moins dense.

Deux fournisseurs de services internet existent au Gabon à côté de Gabon Télécom : Internet Gabon et Solsi.

Internet Gabon propose des connexions multiples permettant d’accéder aux services haut débit VSAT, liaison radio, GPS et VoIP. En 2008, l’accès internet haut débit se fait par VSAT bande Ku (type ADSL). Il permet d’accéder à n’importe quel point du Gabon et de la sous-région avec une indépendance totale vis-à-vis des opérateurs locaux. Le VSAT (bande C ou Bande Ku) permet à une entreprise ou administration de disposer d’une infrastructure privée de communication par satellite (données, voix, télé-maintenance, vidéo-conférence, etc.) entre tous ses sites géographiques.

Internet Gabon offre des liaisons radionumériques point à point et point à multipoint basées sur la gamme de solutions globales en boucle locale radio BreezeACCESS. Il utilise exclusivement une bande de fréquences sous licence de 3.5 GHz qui offre des performances supérieures pour un accès sécurisé et dédié. Les solutions BreezeACCESS s’appuient sur la technologie sans fil large bande et offrent au client une nouvelle sorte de DSL, sans fil, à haut débit avec une panoplie complète de services à valeur ajoutée.

Des solutions innovantes permettent à Internet Gabon d’offrir aux entreprises un système complet de contrôle et de localisation des produits grâce à la solution Air Track avec des avantages compétitifs. La voix sur IP (VoIP ou Voice Over Internet Protocol) consiste à transmettre une conversation vocale sur un réseau au protocole IP (Internet Protocol) c’est-à-dire sur un réseau de données par opposition à une transmission sur le réseau téléphonique classique ou réseau téléphonique commuté (RTC). La VoIP ouvre la porte à des technologies d’avenir liées à la convergence voix et données et aux services qui y seront associés.

Solsi, fournisseur d’accès internet haut débit au Gabon, s’occupe également de l’ingénierie des réseaux de communication et de la réalisation des supports interactifs. Filiale à 50 pour cent du groupe gabonais Sogafric, Solsi offre des services variés : connexions internet, conception et hébergement de sites web, commerce électronique, réseaux internet/intranet. La société dispose d’un portail internet d’information et de messagerie gratuite (assala.com) avec en 2008 près de 62000 adresses e-mails. Solsi utilise le Wimax (Worldwide Interoperability for Microwave Access) qui est un ensemble de technologies (norme 802.1) permettant d’avoir du haut débit sur de grandes distances. Il utilise les ondes radio, tout comme le Wi-Fi pour émettre et recevoir des données informatiques sans fil. Avec son boîtier WiBox, Solsi étend, depuis 2007, son offre dans tout le Gabon et donne accès plus facilement à Internet à un prix défiant toute concurrence, à partir de 50 000 francs CFA l’abonnement mensuel pour 128 kbps à 2 Mbps.

Le grand défi du développement de compétences techniques au Gabon est la création de synergies entre tous les acteurs. L’objectif consiste à transformer les structures de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. Il s’agit de créer des pôles d’excellence accessibles à tous et capables de répondre aux besoins de l’emploi et de la diversification de l’économie gabonaise.

En décembre 2008, l’Agence de régulation des télécommunications (Artel) a entamé la restructuration du secteur. Les différentes parties prenantes se sont réunies en janvier 2009 au siège de l’Artel pour la réunion du comité de concertation de l’agence. A l’ordre du jour : la planification de la restructuration du secteur, pour son développement optimal selon les potentialités du marché. Le comité a débattu notamment de la mise en place des commissions infrastructures et tarifs, la détermination des marchés pertinents, la désignation des opérateurs dominants et la mise en place du comité de gestion du Fonds du service universel. A cette occasion, les nouveaux cahiers des charges ont été présentés par les opérateurs hors GSM ainsi que le contrôle de la gestion des fréquences et la préparation de la CAN 2012.

Une commission est chargée des questions tarifaires, notamment de l’examen des catalogues d’interconnexion et des offres tarifaires applicables à la location de liaisons de transmission. Elle identifie les marchés pertinents du secteur des télécommunications, les opérateurs exerçant une influence significative et évalue le caractère concurrentiel de ces marchés. De même, un observatoire des marchés pour collecter des informations et des données a été mis en place. Son objectif est de réguler et de déterminer l’ensemble des opérateurs puissants sur le marché des télécommunications. Dans la perspective de l’adoption par le gouvernement d’une stratégie nationale, l’Artel a déjà annoncé la mise en place d’un plan de réaménagement du spectre de fréquences.

Source : africaneconomicoutlook.org

Aucun commentaire:

Publier un commentaire